Centre scolaire Samuel-de-Champlain

506-658-4613
MENU

À sa première saison au niveau AAA, l’équipe de soccer masculin 9-12 du Centre scolaire Samuel-de-Champlain de Saint-Jean a prouvé que rêver grand peut parfois mener loin. Les Jaguars se sont peut-être inclinés en finale provinciale par la marque de 1 à 0 contre l'école secondaire de Fredericton, mais ils ont certainement mérité le respect de toute la ligue et soulevé les passions dans le monde du sport au Nouveau-Brunswick !

L’équipe de soccer masculin senior, qui jouait dans la catégorie A l’an dernier, a affronté des écoles qui avaient en moyenne cinq fois plus d’élèves. Rappelons que selon les règles de l’Association des sports interscolaires du Nouveau-Brunswick (ASINB), il faut au minimum 700 élèves pour faire partie de la catégorie AAA. Le secteur secondaire du Centre scolaire Samuel-de-Champlain compte environ 200 élèves.

Malgré ces statistiques contre eux, les Jaguars ne se sont jamais découragés, enregistrant une fiche de seulement trois défaites en 20 parties durant la saison, et atteignant la finale provinciale dès la première année! « Je suis tellement fier de cette équipe! Les gars ont accompli du jamais vu dans les sports interscolaires au Nouveau-Brunswick! Ils affrontaient les champions en titre et malgré tout, ils ont prouvé qu’ils avaient leur place parmi les grands de cette ligue »,  nous a confié Dominic Girard, entraineur de l’équipe et directeur sportif du Centre scolaire Samuel-de-Champlain.

L’équipe des Jaguars n’a peut-être pas remporté le titre provincial, mais les joueurs n’ont absolument pas à rougir de leur première saison exceptionnelle! En effet, ils ont remporté le tournoi AAA de l’école secondaire St-Malachy’s de Saint-Jean, puis ont été finalistes au tournoi de Mathieu-Martin, où s’affrontaient les 16 meilleures équipes AAA du Nouveau-Brunswick. Et ce n’est pas tout! Les Jaguars ont été champions de leur conférence et ont failli terrasser les champions en titre et causer la surprise de l’année dans le monde sportif provincial.

Pour nos joueurs et l’équipe d’entraineurs, cette première saison a été absolument exceptionnelle. La défaite pour remporter la bannière provinciale est un détail : les Jaguars ont gagné une équipe unie qui n’a jamais abandonné, qui a cru en un rêve, qui l’a réalisé et qui a ultimement entrainé toute une province dans leur rêve! Bref, ce n’est pas parce qu’on est petit, que l’on ne peut pas rêver grand! Bravo pour cette saison inspirante les Jaguars et merci!



La 9e édition du Salon du livre de Saint-Jean, qui s’est terminée samedi dernier, a certainement été la meilleure depuis la création de l’évènement. Elle a suscité beaucoup d’engouement chez les élèves lors des visites d’auteurs et le retour de la vente de livres, après une annulation forcée pendant deux ans en raison de la pandémie, a fait le bonheur des amateurs de livres francophones de la région, petits et grands.

La magie des livres était au rendez-vous à l’école des Pionniers et au Centre scolaire Samuel-de-Champlain. Les autrices Ariane Gagnon-Roy et Cindy Roy, de même que les auteurs Jean Babineau, Denis Boucher et Eric Kennedy ont visité les élèves en classes. Même Féeli Tout était de la partie!

« Les visites d’autrices et d’auteurs font toujours une grosse différence, surtout en milieu minoritaire comme le nôtre », explique Mme Mireille Mercure, directrice du salon et de la bibliothèque Le Cormoran. « C’est toujours extraordinaire de voir les étincelles dans les yeux des plus jeunes, et de les voir courir chercher un livre d’un des auteurs en visite par la suite! »

Le public était également au rendez-vous lors de la vente de livres, où une augmentation au niveau des ventes et de la fréquentation a été enregistrée. Même les évènements présentés au centre-ville en soirée ont été plus populaires, notamment le double lancement de Joanie Duguay et Eric Kennedy, qui publiaient chacun leur premier recueil de poésie, et le spectacle de Nathasha Kanapé Fontaine, présenté en collaboration avec l’ARCf de Saint-Jean et Radarts, dans le cadre de la tournée Coup de cœur francophone.

Selon les organisateurs, la popularité de la présente édition s’explique par le fait que les ventes de livres avaient dû être annulées pendant deux ans en raison de la pandémie. C’est sans oublier le changement apporté aux dates de l’évènement, le plaçant plus près de Noël et plus loin de la rentrée scolaire. Et finalement, l’aide inestimable de l’équipe de bénévoles, sans qui le salon ne serait pas possible. La table est donc bien mise pour la 10e édition, qui se déroulera en novembre 2023!

 

L’équipe féminine de balle-molle 9-12 du Centre scolaire Samuel-de-Champlain a été sans pitié pour leurs adversaires en finale du Championnat provincial de l’ASINB, qui se déroulait le 16 octobre dernier, triomphant par la marque de 18 à 6 contre les Red Hawks de Rothesay High. Il s’agissait d’un deuxième championnat provincial d’affilée pour les Jaguars.

Les représentantes du Centre scolaire Samuel-de-Champlain ont survolé la finale, qui se déroulait au terrain du parc du Bicentenaire de Rothesay, dévorant leurs adversaires par la marque de 18-6. Les Jaguars n’ont eu besoin que de quatre manches et demie pour battre les Red Hawks de Rothesay High.  « Nous connaissions notre compétition et savions que nous avions de bonnes chances », a confié la receveuse des Jaguars, Shaw Elliott, élève de 11e année, qui flottait sur un nuage après la partie. « En plus, nous pouvions compter sur la magie de Monica Bourque, qui est parmi les meilleures lanceuses dans la province ».

La performance de Monica Bourque a effectivement été étincelante, alors qu’elle a fait mordre la poussière aux neuf frappeuses contre elle : Monica a enregistré un impressionnant total de neuf retraits sur des prises en trois manches de travail. Avery Muise, élève de 9e année, qui en était à sa première année dans l’équipe, lui est venue en relève pour terminer le match. « Il est important pour nous de préparer notre relève, surtout que nous avons six joueuses de 12e année qui quittent l’équipe », a expliqué Mme Sue Appleton Elliott, du personnel entraineur.

Parmi les Jaguars qui arpenteront d’autres chemins l’an prochain, notons Kelcy Levesque, Olivia Godfrey, Angelle Caissie, Sofia-Maria Brousseau, Hailey Vey et Monica Bourque. Elles étaient membres fondatrices de l’équipe de balle-molle de l’école et leur départ laissera un grand vide.  

Mais Kenzie Doucet, qui pratique le sport depuis 10 ans et qui couvre habituellement le 1er but, se voulait rassurante et confiante : « Nous avons déjà plusieurs joueuses de 8e année qui veulent joindre nos rangs l’an prochain, donc ça promet! ».

En terminant, chapeaux bas au personnel d’entraîneurs, Mme Sue Appleton Elliott, M. Thaddee Bourque, Mme Sylvie Bourque et Mme Dean-Na Hart-Godfrey, qui sont là depuis les débuts et qui ont offerts à notre école deux championnats provinciaux. Une dynastie est née!

Le 1 et 2 octobre dernier, 155 athlètes de la 6e à la 8e année se sont dirigés aux terrains du Centre scolaire Samuel-de-Champlain et de Millidgeville North School afin de participer à la 9e édition du tournoi de soccer de la Coupe Orange.

Neuf équipes provenant de six différentes écoles, soit Bayside Middle School, Fundy Middle School, Hampton Middle School, Harry Miller Middle School, Rothesay Park School et l’école hôtesse, Samuel-de-Champlain, ont répondu à l’appel afin de couronner les nouveaux champions.


307952288 114521344746890 4934564707024936455 n
Les championnes, Rothesay Park School. Photo: Haifa Haram


Du côté des filles, les championnes sont les participantes de Rothesay Park qui ont gagné la finale 3-1 contre Bayside. Il est à noter que cette équipe est la seule du tournoi à avoir gagné toutes leurs parties.

306130313 114488588083499 5187364141872574115 n
Les champions, Samuel-de-Champlain. Photo: Haifa Haram


Du côté des garçons, Samuel-de-Champlain a gagné les honneurs après une partie serrée contre Hampton qui s'est terminée 1-0 pour l’équipe hôtesse.

Merci aux équipes, aux bénévoles et aux commanditaires, sans vous, le tournoi n'aurait pas été possible.


Merci à nos commanditaires :
ARCf de Saint-Jean
Sport Chek
Subway (Lansdowne)
Atlantic Superstore (Millidgeville)
Tipsy Tomato
C105 FM

Le groupe Moyenne Rig, composé de trois élèves du Centre scolaire Samuel-de-Champlain de Saint-Jean, a connu un été fort occupé, jouant dans des festivals majeurs au Nouveau-Brunswick, en Nouvelle-Écosse, sur l’Île-du-Prince-Édouard et au Québec. Ils ont foulé des scènes où même des groupes établis n’ont jamais joué, faisant de la formation saint-jeannoise un groupe tout aussi unique et flamboyant que l’est l’étoile jaune sur le drapeau de l’Acadie!

La formation de Saint-Jean est composée de Martin Bourque, Noah Ouellette et Jeremy Richard, accompagnée de temps en temps par un ancien de l’école et frère de Noah, Jacob Ouellette. Qu’un groupe de jeunes de 14-15 ans ait donné 16 spectacles en un été aux quatre coins du Nouveau-Brunswick, mais également en Nouvelle-Écosse, sur l’Île-du-Prince-Édouard et au Québec est un phénomène rarissime en soi! Mais que ce groupe ait partagé la scène avec des formations chevronnées comme 1755, Édith Butler, Sales barbes, Réveil, La Virée et qu’il provienne de Saint-Jean, ville aux abords de la baie de Fundy au passé loyaliste et à forte majorité anglophone, est un exploit qui démontre que l’Acadie n’a aucune frontière et qu’elle est toujours vibrante!

« Quand on joue, on aime montrer que c’est pas parce qu’on vient d’une ville à majorité anglophone qu’il y a pas d’Acadiens dedans! » de nous confier Jeremy, un sourire en coin. « Nous sommes fiers des origines de nos parents (NDLR Leurs parents viennent du comté de Kent et de Rogersville) et de notre ville! ». La musique remonte à plus loin que les murs du Centre scolaire Samuel-de-Champlain pour Moyenne Rig. Les jeunes viennent de familles où la musique a toujours été omniprésente : l’oncle de Jeremy est Jacques Richard, membre de la formation bluegrass High Lonesome Drive, le grand-père de Martin, Réginald Gaudet, joue de la guitare, tandis que son oncle, Marcel Caissie, joue de la musique country en duo avec sa conjointe Christine Violette. Et bien sûr, Noah est le fils de Daniel, ex-membre du groupe Tradition, bien connu dans le milieu musical acadien.

« Ils sont encore jeunes, mais ils démontrent étonnamment de maturité pour leur âge », insiste Daniel Ouellette, qui enseigne aussi la musique au Centre scolaire Samuel-de-Champlain et agit comme mentor du groupe. « Ils sont non seulement passionnés, mais ils mettent beaucoup de temps et d’énergie dans leur musique ».

« C’est certain que ça nous a aidés que nos parents étaient des musiciens. Je pense que ça nous a inspiré et donné une longueur d’avance » explique Noah, qui confirme qu’avoir été amis avant de former le groupe a certainement représenté un gros avantage. « On se voit à l’école, on est souvent ensemble. On s’impose pas d’horaire de musique. Quand on joue séparément, parce que l’un ou l’autre est occupé dans un sport, on met tout ensemble au petit studio maison de Monsieur Daniel. Par la suite, c’est Pete Belliveau (Pistol Pete Studio) qui fignole nos chansons. »

L’été 2022 vient à peine de se terminer que le groupe, qui prépare du nouveau matériel, reçoit déjà des appels pour des spectacles à l’été 2023. « Nous aimons donner de l’énergie à la foule et que la foule nous en donne en retour » de poursuivre Martin. « C’est le partage d’une passion commune, l’amour de la musique, qui nous connecte tous! ».

Moyenne Rig est en train de devenir grande!

Pour la rentrée scolaire, le Centre scolaire Samuel-de-Champlain compte sur deux nouveaux gestionnaires. Après avoir enseigné durant de nombreuses années, Eric Levesque et Mélissa Beaupré-Perron sont maintenant directeurs de leur école.

Le Centre scolaire Samuel-de-Champlain est fondé sur la formation d’une structure scolaire séparée en trois secteurs. Le premier secteur part de la maternelle à la 5e année; le second inclue les élèves de la 6e à la 8e année, le troisième et dernier secteur prend en compte ceux de la 9e à la 12e année est dirigé par Annie Soucy depuis huit ans.

Il y a quelque temps seulement que deux de ces trois secteurs administrés par différents directeurs ont subi un changement. C’est notamment le cas du premier secteur, aujourd’hui conduit par Mélissa Beaupré-Perron et du deuxième dirigé par Eric Levesque.

Madame Beaupré-Perron a commencé récemment à occuper son poste de directrice adjointe après le départ à la retraite de France Maillet. Cependant, il faut noter que c’est depuis environ 10 ans qu’elle est dans l’environnement scolaire comme enseignante-ressource et enseignante des compétences essentielles au marché du travail. Le poste de directrice adjointe qu’elle occupe aujourd’hui lui permet d’encadrer les élèves de la maternelle à la 5e année en leur fournissant un service adéquat comme le transport par exemple.

Tout comme son adjointe, Eric Levesque a eu un parcours d’enseignant d’environ 10 ans dans le milieu scolaire avant d’accéder au poste de directeur en remplacement de Lise Drisdelle-Cormier. Celui-ci se démarque dans son cheminement pour avoir été très impliqué dans tous les comités de l’école et aussi pour avoir emmené un volet entrepreneurial qu’il souhaite élargir à tous les niveaux scolaires.

Miser sur la collaboration

L’objectif à long terme pour le nouveau directeur est d’organiser l’apprentissage de façon décentralisée, afin que les méthodes pédagogiques utilisées dans les classes connaissent une innovation. Plus de détails seront connus dans un an, mais pour l’instant, chose certaine est que cette innovation qui doit voir le jour fera place à une insertion de la communauté dans l’école, et de l’école dans la communauté. Les priorités pour Eric Levesque sont de donner une bonne expérience aux élèves en leur permettant d’avoir accès aux enseignants et aux ressources dont ils ont besoin, peu importe où ils se trouvent dans l’établissement. Aussi, il cherche à connaître les forces de chaque membre de son équipe pour les mettre en valeur et rendre Samuel-de-Champlain meilleur.

‘‘La collaboration’’ est le thème choisi pour l’année 2022 et la nouvelle équipe de directeurs compte bien construire son environnement autour de cette idée. Pour preuve, on pourrait énoncer sa coopération avec l’ARCf par exemple.

La vision de Monsieur Levesque va encore plus loin quand il précise: «J’aimerais vraiment accroître cette collaboration à la ville de Saint-Jean et au Maire de Saint-Jean. J’aimerais qu’on sorte de Millidgeville pour aller ailleurs pour démontrer que les francophones là, on est pas juste dans un bâtiment, on est vraiment dans la région de Saint-Jean puis qu’on est ici pour rester.»

L’école, une deuxième famille

Quand vient le tour d’Annie Soucy d’entamer son propos, pour avoir vu plusieurs générations d’élèves et côtoyé de nombreux professeurs au fil des années, elle affirme non seulement que ses objectifs ont toujours été les mêmes depuis son accession au poste de directrice adjointe, et que ceux-ci sont demeurés d’aider les gens et faire une différence. Pour elle, travailler avec les enseignants et les élèves est la place à laquelle on peut faire la plus grande différence dans la vie.

Elle ajoute que ce qui change au fil des années, c’est la façon d’enseigner et la façon de voir les choses en précisant toutefois que, la collaboration entre les trois directeurs vise sans aucun doute le bien-être de la communauté entre autres le bien être des élèves et des professeurs.

En espérant que les parents d’élèves parcourent cet article, la directrice de la 9e à la 12année s’est évertuée à préciser qu’elle aimerait faire savoir que: «à l’école, il y a le sens de famille, c’est ce qui fait la beauté de la maternelle à 12e année».

Qui dit nouvelle équipe, dit nouveaux défis et nouvelles expériences. De ce fait, cette récente équipe de trois directeurs aura besoin de courage et certainement du soutien de la communauté.



Omram Kouamé

Pour le Saint-Jeannois

Originalement publié le 22 septembre 2022
https://saintjeannois.ca/de-nouveaux-directeurs-au-centre-scolaire-samuel-de-champlain/
Test update