Centre scolaire Samuel-de-Champlain

506-658-4613
MENU

Le Projet CENA du Centre scolaire Samuel-de-Champlain de Saint-Jean et la Fondation Samuel-de-Champlain sont toujours en lice pour une subvention de 50 000$, afin de réaliser leur classe extérieure scolaire-communautaire par l’entremise du projet de legs communautaire des écoles secondaires Canada 150.

« Ce projet a pour but d’inspirer nos jeunes à passer à l’action sur une question sociale en collaboration avec un organisme sans but lucratif », a déclaré le ministre de l’Éducation et du Développement de la petite enfance, Brian Kenny. « Félicitations à tous les élèves qui participent pour leur passion et leur volonté d’aider les autres. »

Les élèves de la neuvième à la 12e année devaient faire une proposition de projet touchant un enjeu local ou provincial à leur conseil des élèves. Dans le cas de notre école, c’est la sécurité alimentaire et le mieux-être chez les jeunes qui préoccupaient les élèves. C’est le projet de classe extérieure du groupe CENA qui a été retenu au Centre scolaire Samuel-de-Champlain, mené de front par Isabelle Bouchard, élève de 12e année. Les jeunes travailleront donc avec la fondation de l’école, afin d’implanter le projet et de s’assurer qu’il ait le maximum d’impact dans la communauté.

« Les élèves du secondaire rêvent depuis longtemps d’avoir un espace pour eux. D’ailleurs, on sait à quel point la nature est ressourçante. Je crois que la classe extérieure saura répondre à ce besoin. De plus, ce sera un endroit sécuritaire, motivant et positif pour le mieux-être des élèves et de la communauté », explique Isabelle Bouchard, l’élève qui a présenté le projet de classe extérieure pour le legs communautaire.

« Ce projet Canada 150 est l’occasion pour nos élèves du secondaire de participer davantage dans leur communauté », a affirmé le ministre du Tourisme, du Patrimoine et de la Culture, John Ames. À cet effet, preuve que le mieux-être et la sécurité alimentaire ne sont pas des préoccupations que scolaires, la classe extérieure propose un coin lecture, un coin jardin, un coin apprentissage et un espace repas, en plus d’être utilisée par les usagers du centre communautaire en dehors des heures de classe.

Le Projet CENA et la Fondation Samuel-de-Champlain sauront bientôt si leur projet a été retenu. Dans le cas échéant, de belles célébrations seront à prévoir en 2018!

Source:

Communiqué de presse du 13 décembre 2017  du ministère de l’Éducation et Développement de la petite enfance; Tourisme, Patrimoine et Culture

http://www2.gnb.ca/content/gnb/fr/nouvelles/communique.2017.12.1595.html

Le Congrès du travail du Canada est passé le jeudi 16 novembre dernier au Centre scolaire Samuel-de-Champlain avec son kiosque « Crise des réfugiés ». Les élèves du cours d’histoire du monde et du cours d’histoire du Canada, des élèves de la 8e à la 12e année, de même que le personnel, ont donc eu l’occasion de vivre l’expérience d’être un réfugié pendant quelques minutes. L’activité était d’autant plus significative pour tous, puisque l’école a accueilli à elle seule près d’une soixantaine de réfugiés syriens depuis la dernière année.

Vivre une expérience d’immersion nous permet de mieux comprendre. Et la compréhension mène à l’action et la compassion. Grâce à la réalité virtuelle et à la technologie tridimensionnelle, les utilisateurs ont été placés dans les souliers d’une personne qui d’un moment à l’autre, est plongée dans l’enfer de la guerre et des camps de réfugiés.

Le mot clé de cette immersion virtuelle est l’INCERTITUDE. Les questions sans réponses, l’anxiété de ne pas savoir ce qui se passe, de ne pas retrouver les siens, et le film ne répond jamais à nos questions. Normal, car les réfugiés non plus n’auront jamais de réponses à leurs questions.

Selon Serge Landry, représentant régional du Nouveau-Brunswick et de l’Île-du-Prince-Édouard du Congrès du travail du Canada, l’expérience touche à différentes cordes sensibles pour chacun. « Ça dépend de ton expérience personnelle, de ton bagage. J’ai déjà vu des gens arrêter le visionnement, car ils avaient vécu une situation similaire ou parce que des proches étaient partis à la guerre ». La force du film réside dans sa capacité d’aller chercher au fond de nous-mêmes nos insécurités et de les exposer au grand jour.

Pour Lyne Harrigan, instigatrice de la visite et enseignante d’appui à l’apprentissage pour les nouveaux arrivants, il était important que ses élèves puissent vivre l’expérience, pour mieux saisir l’ampleur de la crise humanitaire qu’on vécut leurs nouveaux camarades de classe.  « Je crois que c’est très important de sensibiliser nos jeunes, car ils comprendront mieux d’où leurs camarades proviennent et comment ils se sont retrouvés au Canada. Ils pourront ainsi tisser des liens plus forts avec eux », nous explique Mme Harrigan.

Rappelons que cette visite s’inscrivait au calendrier d’activités organisées dans le cadre de la Semaine nationale de l’immigration francophone (30 octobre au 4 novembre). Tout au long de la semaine, des messages étaient lus le matin dans différentes langues, de la musique du monde était jouée, un drapeau acadien a été créé à partir de tissus provenant de différents pays et un dîner multiethnique a couronné le tout le jeudi. Bravo aux organisateurs et merci de votre participation !

Le vendredi 3 novembre dernier, la troupe de danse Expression du Centre scolaire Samuel-de-Champlain de Saint-Jean a remporté une médaille d’or à la compétition Dance Quest 2017, qui se déroulait au Harbour Station. Un superbe accomplissement pour leur première compétition d’envergure !

La troupe, composée d’une trentaine de filles (9 à 10 ans) de l’école, était littéralement en feu sur la scène. Les jeunes danseuses déguisées en zombies ont interprété avec brio un numéro original sous les airs de Rama Lama (bang bang) de Roisin Murphy.

« J’étais tellement content pour les filles », nous confie Marie-Ève Frenette, enseignante au Centre scolaire Samuel-de-Champlain et responsable de la troupe de danse. « Les filles sont toujours très engagées et très dynamiques. C’est un plaisir de travailler avec elles. Ceci influence assurément leur chance de se démarquer et j’en ai eu la preuve vendredi dernier ».

Pour Mme Frenette, qui consacre bénévolement de nombreuses heures par semaine pour créer les chorégraphies et transmettre sa passion à la troupe, c’est un beau cadeau. « La fin de semaine dernière m’a redonné l’énergie et la passion de continuer. Je suis déjà en préparation pour les prochaines chorégraphies. Des danseurs dévoués égalent une enseignante motivée », conclut Mme Frenette, avec le sourire.

Merci Mme Marie-Ève de transmettre votre passion à nos élèves et de votre engagement. Quant à vous, jeunes dames de la troupe Expression, continuez de nous transmettre votre belle fougue et de nous faire bouger ! Bravo à toute la troupe !

Près de 4000 élèves d’un peu partout en province se sont donné rendez-vous au Harbour Station de Saint-Jean le 26 octobre dans le cadre de My/Mon NB150. Il s’agit d’un évènement pour célébrer le cent cinquantenaire de notre province, l’inclusion et le multiculturalisme, tout en rappelant aux jeunes que leur voix est importante au Nouveau-Brunswick. Le Centre scolaire Samuel-de-Champlain était bien représenté, avec un contingent de 400 élèves de la sixième à la douzième année.

Le projet PEVOM a particulièrement brillé sur scène, tandis que six de nos élèves ont expliqué à la foule comment ils sont devenus entrepreneurs et comment ils ont réussi à recueillir des fonds pour leur voyage de fin d’année. Nous avions deux autres représentants dans l’organisation de l’évènement, soit Danielle England, qui co-animait l’évènement, et Félix Arseneault, qui était le journaliste francophone attitré pour les médias. De belles expériences très enrichissantes pour nos jeunes, sans aucun doute !

Le groupe acadien Radio Radio et l’humoriste/comédienne maritimoise Candy Palmater ont complété le tableau avec des performances inspirantes. L’évènement aura permis aux jeunes de repartir avec la conviction qu’ils ont une place de choix au Nouveau-Brunswick et que la province a bien hâte de connaître les plans qu’ils ont en tête pour la faire rayonner.

Le groupe de musique Les Boys du Centre scolaire Samuel-de-Champlain de Saint-Jean a décroché la médaille de bronze dans le volet artistique de la 38e Finale des Jeux de l’Acadie, qui se déroulait à Fredericton du 28 juin au 2 juillet derniers. Un exploit impressionnant pour ce jeune groupe et ce, à sa première participation !

Les Boys, formé en 2016, est composé de quatre jeunes maintenant en neuvième année : Jacob Ouellette (voix, guitare), Rémi Thébeau (guitare), Xabriel Imbault (basse) et Alec Lanteigne (batterie). Au total, sept groupes du Nouveau-Brunswick et de l’Île-du-Prince-Édouard (I-P-É) se disputaient les grands honneurs. Lors de la première journée (jeudi), tous les participants devaient présenter leur matériel à des professionnels de la musique : Jean-Marc Couture, Mathieu Émond et Nancy Breau. Les jeunes ont reçu de précieux conseils, afin d’avoir les meilleures chances pour se qualifier pour la finale.

« J’ai appris beaucoup de chose de mon expérience aux Jeux » se rappelle Jacob Ouellette. « J’ai reçu de précieux conseils sur comment être sur scène, bouger et interagir avec la foule. Ça a augmenté ma confiance, c’est certain. Et c’était le fun d’être avec plein de monde qui partage la même passion ».

La demi-finale avait lieu le vendredi matin. Les Boys ont présenté leurs deux chansons originales. « Les juges ont été très impressionnés par le courage de nos jeunes de présenter leur propre matériel » souligne Daniel Ouellette, l’entraîneur et enseignant de musique au Centre scolaire Samuel-de-Champlain. Ils ont été les seuls à le faire. C’est aux coups de midi que Les Boys ont appris qu’ils étaient parmi les trois finalistes.

D’autres ateliers ont suivis le vendredi après-midi, afin de les préparer pour la grande finale, qui a eu lieu le samedi soir au Centre Grant-Harvey devant une foule de plus de 1200 personnes. Les Boys ont livré une solide performance et ont décroché le bronze, derrière Chaleur (1re position) et l’I-P-É (2e).

« Ce qui est comique, c’est que les membres du groupe de Chaleur, qui a terminé en première place, cherchaient notre chanson sur Youtube, car ils aimaient l’air et pensaient qu’on faisait une reprise » rigole Jacob Ouellette. Une belle marque d’appréciation sans aucun doute !

La sixième édition du Tournoi de soccer de la Coupe Orange du Centre scolaire Samuel-de-Champlain de Saint-Jean avait lieu du 22 au 24 septembre derniers. Une quinzaine d’équipes garçons et filles de la 5e à la 8e années d’un peu partout en province se sont disputés les honneurs.

Les Jaguars (garçons) ont frappé le ballon orange les premiers dès 16 h vendredi sous un soleil radieux. Samuel-de-Champlain 1 a remporté son match contre Barnhill par la marque de 5 à 1, tandis que nos Jaguars de la 2e division ont été malmenés 12 à 0 par Bayside. Les filles, quant à elles, se sont élancées le samedi dès 9 h 45. Lors de ce premier match, Rivierview a vaincu Carrefour de l’Acadie 2 par la marque de 3 à 0. Nos Jaguars filles disputaient leur première partie à 11 h contre Carrefour de l’Acadie 1, mais non pas réussi à s’imposer : elles ont été blanchies 10 à 0.

La finale garçons a été remportée par nos Jaguars 1 par la marque de 3 à 1 contre Le Sommet. Ethan Anderson a été élu le joueur le plus utile. Davis Assani (2) et Samuel Brooks ont été les marqueurs pour les Jaguars. Il s’agissait d’un deuxième titre pour l’équipe masculine.  Riverview a remporté les honneurs contre Barnhill lors du match pour la médaille de bronze.

Du côté des filles, Carrefour de l’Acadie 1 a battu Quispamsis Middle par la marque de 3 à 2 pour soulever la Coupe orange.

Tout au long de la fin de semaine, le ballon orange roulait sur le terrain, mais brillait également très haut dans le ciel. Dame nature a brillamment collaboré. Un gros merci aux bénévoles et aux organisateurs de ce tournoi, qui fut un succès sur toute la ligne !

Test update